Restons en-vies

Buenos Dias le Vivientes,
Bonjour les Vivants,

J’ai une belle histoire à vous raconter ; elle nous vient de la culture amérindienne.
La voici :

Le loup de la peur- le loup de l’amour

Un grand-père explique à son petit-fils qu’en chacun d’entre nous coexistent deux loups : l’un est le loup de la peur, de la haine et de l’égoïsme; l’autre est le loup de la confiance, de l’amour et de la bonté.
Le petit garçon demande alors à son aïeul : «quel est le loup qui gagne finalement ?»
Ce à quoi le vieux sage répond: «celui que tu nourris le plus».



En ces temps redevenus difficiles, cette histoire m’aide à faire la part des choses entre croyance et connaissance. Puisse-t-il en être de même pour chacun(e) de vous.
Cette nouvelle info-lettre pour aussi vous annoncer que deux projets musicaux «culture et école» introduits auprès de la FWB en mars dernier ont été acceptés. Nous voilà donc ré-embarqués pour les mois qui viennent avec quatre écoles dans ce qui constitue une belle bouffée d’oxygène, une fenêtre bien ouverte sur le Vivant.


Comme la meilleure manière de traverser cette épreuve est de miser sur le bon sens, la clairvoyance, la bienveillance et la confiance, je vous propose deux moments musicaux choisis.

Commençons avec l’une des mes nouvelles chansons écrite au mois de juillet/août dans la foulée de mes rencontres avec des réfugiés c’est à dire des femmes, des hommes, des enfants simplement demandeurs de «dignité et d’humanité».

Notre mer(e) qui n’est pas aux cieux



Enchaînons avec un moment musical à couper le souffle, moment qui se déroule à la Synagogue de Budapest :
Quelle émotion, quelle force, quelle intériorité, quelle luminosité se dégagent de tous ces visages transcendés, tous âges confondus par la beauté de cette musique. Un moment de grâce qui nous relie à l’essence même de l’humain.

« Schindler’s list budapest »


Et pour terminer lassiez-vous aller à :
«tendresse et câlins»
Ne sommes-nous pas tous des «animaux sociaux» ?
Voilà bien qui peut nous aider à nous serrer les coudes en attendant des temps plus détendus et légers à visages découverts !


Une seule parole dite avec douceur et tendresse vaut mieux que le plus beau des cadeaux

– proverbe tibétain.

Avec ma plus belle…TENDRESSE,
ben voyons !

© Raphy Rafaël - Muzaïka - 2018 - CGU - CGV